A Grasse, une pâtisserie suscite la polémique

[cycloneslider id=”ads-articles”]

C’est une petite douceur censée apaiser l’appétit qui est à l’origine d’une polémique qui prend une ampleur démesurée sur la toile depuis ce mardi : A Grasse, les « Dieux et Déesses » du pâtissier Yannick Tavolaro, sont l’objet d’une véritable chasse aux sorcières !

Cela aurait pu être une information hilarante du Gorafi du type :

“Selon un décret du ministère de la gastronomie et des métiers de bouche, les traditionnels pets de nonne, religieuses et têtes de nègre devront désormais porter les noms respectifs de choux creux, double-choux farcis et bouchées recouvertes de chocolat mat. Toute pâtisserie non conforme à la bienséance comme les éclairs en forme de sexe masculin devront porter la mention « interdit aux moins de 18 ans ».

patisserie_grasse

Malheureusement, c’est bien d’une réalité dont il s’agit, puisque depuis hier, mardi, un article est apparu sur le site du mouvement anti-raciste CRAN – Conseil Représentatif des Associations Noires – qualifiant les gâteaux de la pâtisserie Grassoise de « caricatures négrières, obscènes et injurieuses » et déchaînent les commentaires des internautes, pour la plupart, outrés d’une accusation de « racisme colonial » pour de simples biscuits.

L’association, alertée par une cliente indignée, appelle les autorités compétentes à retirer de la vente ces douceurs inoffensives et va même jusqu’à s’interroger sur la pertinence de garder Yannick Tavolaro comme Président du club de football local, l’Union sportive du club de Grasse.

Si l’histoire peut sembler anecdotique, elle est bel et bien exacerbée en ces temps d’actualité brûlante et déchaîne les passions et les débats bien au-delà de la petite rue du Thouron où Yannick Tavolaro confectionne ces gourmandises les vendredis, samedis et dimanches. Au point qu’une page Facebook de soutien au pâtissier a été créée le jour même et compte déjà plus de 200 fans ce matin !

Contacté par téléphone, Yannick Tavolaro se sent totalement dépassé et surtout blessé par de telles accusations qu’il qualifie de terrorisme intellectuel. Il se défend de toute volonté raciste et justifie la couleur de ces gâteaux par le simple fait que le chocolat noir soit plus facile à travailler et qu’il n’est même pas à l’origine le créateur de ces figurines représentant un homme et une femme qu’il a baptisé « Dieux et Déesses ».

Hier, Yannick Tavoloro aurait même reçu un message téléphonique insultant suite à l’article du CRAN ainsi que plusieurs messages sur les réseaux sociaux.

Au CRAN, avec lequel il n’a, jusque-là, eu aucun échange, il répond aux médias et la mobilisation devrait se poursuivre jusqu’à Grasse ce vendredi 6 mars à 10h devant la boulangerie « La Belle époque » où plus d’une centaine de personnes sont attendues pour défendre la liberté de création du pâtissier.

Le débat sur la représentation des gâteaux doit-il être mené selon vous ? En tout cas nous, ça nous a donné terriblement envie d’y goûter, le chocolat étant l’une de nos principales passions (note gourmande de la rédaction).

AblaCarolyn

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

[easy-social-share buttons=”facebook,twitter,google,pinterest,linkedin,mail” counters=0 hide_names=”yes” template=”tiny-retina”]

[cycloneslider id=”ads-articles”]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici